San Francisco

IMG_0390

Nous sommes arrivés à San Francisco après avoir roulé depuis le parc Yosemite. Nous avons beaucoup aimé cette route, bordée de très nombreuses vignes et pommiers en fleurs.
Nous sommes « directement » allé au centre ville pour retrouver Michael et Anna, un couple d’amis anglais que Jean avait rencontré en Australie.  Directement, enfin, il a quand même fallu trouver une place (gratuite si possible) en plein centre ville de San Francisco. À notre grande surprise, et après trois tentatives pour faire un créneau bien serré, nous avons réussi notre mission. Nous avons passé une belle soirée à échanger sur leurs différents voyages et il se trouve que nous faisons exactement le chemin inverse.
Nous sommes ensuite allés dormir chez Valérie, Daniel et leurs trois enfants, à South San Francisco. Valérie est une basque née à San Francisco et c’est une amie d’Adélaïde depuis plusieurs années. C’est tellement agréable de retrouver des amis qui vivent si loin.

Le lendemain, nous avons réalisé un rêve cher à Jean… Nous avons loué une Harley Davidson pour sillonner la ville, ses alentours et traverser le Golden Gate.
Le choix de la moto n’a pas été facile tant le garage était énorme et rempli. Il y en avait pour tous les goûts : des petites, des grosses, des énormes, avec ou sans sacoches… On voulait une grosse moto (bruyante!) confortable pour visiter la ville : notre choix s’est porté sur la Harley Davidson Heritage 1200cc.

Ils nous ont prêté les casques et des vestes de moto avec des coques de protection. C’était… Magique! Bruyant! Frissons garantis! Le centre ville de San Francisco étant rempli de montées et descentes assez abruptes, nous avons un peu fait les montagnes russes. Nous sommes ensuite sortis de la ville pour prendre la Highway 1 et longer la côte californienne au Sud de San Francisco, en fin d’aprés-midi ! La lumière était magnifique, et on sentait l’odeur de la mer tout en roulant cheveux au vent!

Le lendemain, nous avons visité la ville à pied. Le matin, nous avons traversé le quartier de Chinatown, en plein jour de marché. Les rues étaient bondées !

Puis à midi, nous avons retrouvé, Anaïs, une basque installée à San Francisco depuis trois ans. Après être passés par un marché pour renifler les fromages (hors de prix…), on est passé par son travail pour goûter quelques chocolats – vraiment délicieux- puis elle nous a fait visiter plusieurs quartiers de la ville. Elle nous a fait remarquer combien les ambiances changeaient si l’on faisait quelques pas de plus dans une direction. Les quartiers sont vraiment délimités à San Francisco.
En fin d’aprés-midi, nous avons été dans un parc plein à craquer. On avait l’impression d’être dans un concert, dans un festival de musique en extérieur sauf qu’il n’y avait pas de groupes de musique. Juste des jeunes de toutes origines qui se retrouvaient là pour faire la fête avec leurs amis et passer un bon moment, avec pas mal d’alcool et de quoi fumer.

Le soir, nous sommes allé au repas du Centre Basque, qui fêtait ses 33 ans ce week-end là. Impressionnant de voir 500 personnes qui habitent en Californie ou dans les États aux alentours se retrouver chaque année. Certains ont même fait la route depuis le Colorado pour participer à l’événement.

Le lendemain était une seconde journée de festivités à l’Euskal Etxe. Le repas du midi était délicieux (précédé d’une messe et suivi de parties de pelotes). L’agneau parfaitement cuit! C’était un vrai retour à la maison dans l’assiette.

Notre passage aux États-Unis est déjà terminé. Nous avons ADORÉ notre séjour ici.
Nous y avons retrouvé des amis, rencontré de nouveaux, découverts l’immensité, la beauté et la variété des parcs nationaux de l’ouest américain.
Encore un nouveau coup de coeur… Et un endroit où nous sommes certains de revenir dans quelques années!

Lake Tahoe et Yosemite National Park

IMG_2199

Les parents de notre pote Ben nous ont prêté un appartement au bord du lac Tahoe dont une partie est en Californie et l’autre dans le Nevada. Nous étions donc aux premières loges pour pouvoir l’observer longuement. Nous avons eu beaucoup de pluie pendant notre séjour au lac, plutôt gênant pour les locaux qui travaillent dans les stations de ski. Ça fait du bien de passer du van au chalet tout équipé (avec le frigo plein) que nous ont gentiment prêté Jim et Cappy.

Au bout de trois jours, nous avons appris qu’une grosse tempête de neige allait venir frapper la région (bonne nouvelle pour les locaux) et nous avons donc plié bagage pour aller chez Jim et Cappy, rendre les clefs et passer la fin de la journée à Colfax. Nous avons passé une super soirée à discuter avec eux, et avons très bien mangé. Nous avons goûté un délicieux chicken Pie et au petit déjeuner nous avons mangé de bons soufflés aux oeufs.

IMG_2263

Puis nous avons pris la route vers le parc national de Yosemite, où habitent les parents de Kelly – les beaux parents de Ben.
Nous avons visité le parc, qui est immense et superbe. Nous y avons vu des arbres tellement grands qu’ils étaient plutôt difficiles à photographier. C’est ici en Californie qu’il y a les arbres les plus vieux et les plus gros du monde.

IMG_0049
Nous avons pu voir de près les ravages fait par le très gros incendie qui a eu lieu dans le parc en 2013. Il a fallu un mois entier pour l’éteindre. 40 maisons ont brulé. Will et Julie nous ont raconté qu’ils avaient reçu l’alerte leur demandant de quitter les lieux, qu’ils avaient mis les affaires auxquelles ils tenaient le plus dans leurs vans et qu’ils étaient prêts à partir… Mais au final le feu ne s’est jamais trop approché de chez eux.

Notre première visite du parc a été faite en compagnie de Will et Julie, et ils nous ont montré, lors de cette journée, beaucoup beaucoup d’endroits magnifiques. Will, photographe professionnel avait même prêté son beau Canon à Jean. Nous nous sommes ballades un peu partout dans le parc et avons fini la journée en allant voir le « fire fall », la ‘chute de feu’.

Pour la petite histoire, en 1872, des braises chaudes avaient commencées à être déversées depuis le haut du Glacier Point. Ceci était devenu une grosse attraction touristique. En 1968 le Parc National a décidé d’interdire cette pratique jugée trop dangereuse et mauvaise pour l’environnement.

Encore aujourd’hui, de nombreuses personnes continuent d’aller voir ce fire fall. Cependant ce n’est plus du feu qui coule le long de la roche, mais de l’eau. Un des rayons du coucher de soleil tombe pil-poil sur la chute d’eau – qui la rend rouge, rappelant la couleur du feu – pendant quelques minutes seulement !

Ce phénomène apparait plus fort certains jours que d’autres (suivant le soleil et la quantité d’eau) et celui que nous avons vu avait beau être un « petit », il n’en était pas moins impressionnant pour une première.

Rester chez Will et Julie était génial. Depuis leur grand jardin (la maison est littéralement entourée de forêt) nous avons pu voir des daims, écureuils, dindes sauvages, des colibris, et une quantité astronomique d’oiseaux aux couleurs variées…Sous le regard amusé des chiens . C’était comme être à l’intérieur du parc le confort en plus! Puis nous avons mangé comme des rois: premier steak au barbecu, depuis longtemps, délicieuse tarte à la citrouille, pancakes… Pour ne citer que quelques exemples ! Chaque repas était une belle surprise.
Nous avons passé de superbes moments chez les parents de nos amis, avec qui nous sommes maintenant devenus amis. Nous avons déjà envie de revenir en Californie!

Bodie : ville fantôme…

IMG_0132

Nous sommes allés visiter la ville fantôme de Bodie. Cette ville, surgie de la terre pendant la ruée vers l’or a atteint 10 000 habitants à la fin du XIXe siècle. C’était, à ce moment là, la deuxième ville la plus importante de Californie après San Francisco. La ville a été en grande partie détruite en 1932 à la suite d’un immense incendie. Il ne restait qu’une douzaine d’habitants quand un arrêté gouvernemental a déclaré la fermeture de la ville dix ans après.
On a donc pu visiter la ville abandonnée. Toutes les maisons en bois sont dans un salle état. L’intérieur des maisons est resté tel quel. Les tapisseries se décollent, les matelas sont détruits. Ça nous a donné l’impression de voyager dans le temps. Nous avons adoré l’endroit.

IMG_2167_2

Nous avons vu l’église, et avons pu coller notre nez pour regardez l’hôtel / restaurant dont on a pu voir les chambres, la salle à manger avec le billard et une grande table et des bancs, les pompes funèbres, le saloon avec ses jeux de roulettes et les bouteilles en fond, l’usine, le maréchal ferrant et tout plein de maisons, laissées à l’abandon avec tout leur mobilier à l’intérieur. Le tout était recouvert d’une très épaisse couche de poussière.
Nous avons été chanceux de pouvoir aller voir Bodie. Un autre visiteur nous a expliqué qu’habituellement, à cette période de l’année, le site est fermé à cause de la neige.

Death Valley et Mono Lake

IMG_2010

Après avoir passé la nuit dans notre van à l’intérieur du parc national, nous nous sommes levés tôt pour observer les différents sites de la Death Valley avant que la lumière ne soit trop forte. Nous avons roulé dans une route sinueuse et très étroite pour aller voir le premier point que nous avions repéré sur la carte : Artist’s Palette.

Il s’agit de lave séchée suite à l’éruption d’un ancien volcan. Sauf que ces roches ont pris des couleurs différentes au fil du temps. Chaque couleur vient d’un métal ou minéral différent. La roche avait des tons de rouge, orange, jaune, violet, rose et vert. Nous n’avions jamais vu un telle association de couleur sur des montagnes de roches. La palette d’artiste porte bien son nom.

Nous sommes ensuite arrivé sur une immense étendue de sel qui provient d’un ancien lac asséché. Il s’agit du Devil’s golf course: ou terrain de golf du diable, car seul le diable, parait-il, pourrait jouer au golf à cet endroit! On pouvait voir tout plein de sel desséché au milieu de ces drôles de formes.

IMG_2057

Après quelques kilomètres, nous sommes arrivés au dunes de sable. Ca donne l’impression d’avoir un bout de désert de sable au milieu d’un grand désert de roches.

Traverser la Death Valley c’est vraiment très long. Heureusement, les routes sont belles, il n’y avait personne et nous avions beau temps. La Death Valley donne l’impression de se balader sur la lune et en été, il y fait tellement chaud qu’il est déconseillé de s’y promener si on n’est pas bien équipé pour se protéger de la chaleur. Les visiteurs s’amusent tous à cuire des oeuf sur le goudron ou sur le capot de leur voiture, ce qui est maintenant interdit car les rangers en ont marre de ramasser coquilles et boites d’oeuf le long de la route.

Nous avons roulé une bonne partie de la journée sur une route depuis laquelle on avait une vue superbe sur les montagne de la Sierra Nevada, pour arriver à Mono Lake. C’est un drôle de lac de montagne sur lequel il y a une île noire et une île blanche en plein milieu. Au bord de la rive, on peut observer de très grandes concrétions qui sortent de l’eau. Vraiment original.
Nous sommes passés par là à l’heure du coucher de soleil et la lumière était magnifique.

Las Vegas !!!

Après avoir acheté un tout nouvel appareil photo (ce qui devait arriver arriva), nous sommes arrivés à notre hôtel, le Circus Circus. C’est un endroit immense (comme tous les autres hôtels d’ici d’ailleurs! Il y a 4000 chambres (sur les 150 000 que compte la ville), un parc d’attraction (malheureusement fermé ce jour là), une salle de jeu style fête foraine, un carrousel, puis d’immenses enfilades de machines à sous de toutes sortes, des tables pour le pocher, black Jack, roulette etc. On pouvait même tenter de gagner deux voitures en jouant aux machines à 1 cent.
Tout es si lumineux qu’on en était presque éblouis. Il y a tellement de néons et ampoules à Las Vegas qu’on se demande si les propriétaires des hôtels ne se font pas concurrence là dessus aussi!

IMG_1685

Las Vegas est vraiment née en plein désert au milieu de nulle part. C’était à l’origine un arrêt pour les diligences. Pour éviter le concubinage les procédures de mariage et par la même occasion, de divorce, y avaient été simplifiées et raccourcies. Pour se marier il suffisait d’être présents tous les deux. Pour divorcer, il fallait résider là 42 jours. Beaucoup d’hôtels ont commencé à proposer des forfaits pour 42 jours. C’est pour occuper ces personnes que les hôtels ont commencé à proposer des jeux et que les casinos ont été légalisés dans le Nevada.

L’architecture est hallucinante : un mix d’imitations des monuments ou quartiers les plus connus du monde (Pyramide, New York, Venise, Paris, Temples romains) à côté d’énormes bâtiments futuristes. Chaque fois que nous sommes entrés à l’intérieur des bâtiments, nous nous sommes perdus.
Le côté moins agréable est qu’il est autorisé de fumer dans tous les casinos. Pour atténuer l’odeur de fumée, les casinos aspergent leurs salles de parfum ou désodorisant. L’air y est donc parfois difficilement respirable. Mais les gens restent là des heures, le verre à la main. Certains avaient l’air épuisés. Il faut dire que tous les casinos sont ouverts 24h/24h. Difficile quand on est accro de s’arrêter pour aller dormir !

IMG_1785

Nous n’avons dépensé que 7 dollars pour jouer. Il faut dire que nous étions plus occupés à observer tout ce qu’il y avait autour : les autres joueurs, bâtiments, la déco, les néons, et surtout les gens. Puis nous venions de casser la tirelire pour acheter notre nouvel appareil photo, un beau canon qui promet de nous suivre au moins jusqu’à la fin du voyage !

Nous avons préféré le quartier Downton, le quartier historique de Las Vegas, où le style est un peu plus rétro mais tout aussi clinquant que dans la Strip. Nous avons beaucoup beaucoup ri en voyant les sosies de Elvis, Michael Jackson et notre préféré Rocky, à mourir de rire tant il ne ressemblait pas du tout au vrai.
Il y avait aussi une méga tyrolienne qui traversait la rue Fermont d’un bout à l’autre et donnait la sensation de voler.

Une dizaine de restaurants proposent des « concours de nourriture » ou plutôt de quantité de nourriture. Si l’on arrive à manger une certaine quantité de nourriture (astronomique évidemment), on nous rembourse le repas et on a droit à une photo sur le mur des vainqueurs. A l »inverse si l’on n’y arrive pas, on a une photo sur le mur des « loosers » et on doit payer l’intégralité de la nourriture ingurgitée.
Il y a aussi le Heart Attack Grill (littéralement Grill de la Crise cardiaque) qui lui offre les repas aux personnes pesant plus de 350 livres. ( 150 kilos) Il y a une méga balance à l’entrée, où on peut aller se peser pour vérifier si on a ou pas, déjà assez de gras pour pouvoir aller en prendre un peu plus gratuitement dans ce restaurant. On peut y manger un hamburger avec 8 steak et 40 tranches de bacon. Ils proposent aussi les milk-shakes garantis les plus gras du monde.
D’ailleurs, ce restaurant pousse l’ironie jusqu’à avoir des serveuses en blouse d’infirmières qui habillent les clients qui entrent d’une blouse de malade.

Le lendemain, après un délicieux repas de sushis à volonté, nous avons pris la route vers la Death Valley, en Californie.

Zion National Park

IMG_1611

Nous avons pris la route pour aller dans un autre parc National de l’Utah, le Zion National Park.
C’est un parc, encore une fois, très différent des autres sites que nous avons vu jusqu’à présent. Nous nous trouvons chanceux de la beauté et de la diversité des paysages qui défilent sous nos yeux jour après jour.

En arrivant dans le parc, nous avons du prendre un long tunnel creusé dans la roche : plûtot impressionnant (vous reconnaître la photo) !
Il y avait des daims partout dans le parc, et ils se laissaient très facilement approcher. Nous avons fait quelques petites randonnées et avons profité du paysage : grandiose. C’est le seul parc que nous avons vu dans le coin auquel on accède par le bas du Canyon et non par le haut. Les falaises étaient très hautes et on devait vraiment se tordre le cou pour en voir le haut. Fortement déconseillé aux personnes ayant un torticolis!

Le goudron de la route a été teint dans les tons de rouge afin de rester en accord avec le paysage environnant. L’endroit n’était pas évident à photographier puisque les plans sont tous verticaux tant les montagnes sont hautes. Elles sont si hautes qu’il y a beaucoup de contre jour. On a pris autant de plaisir à observer le parc en empruntant la route sinueuse du parc que quand on était sur les sentiers.
Une fois le soleil couché, nous sommes allé dans la ville la plus proche du parc, Springdale, pour faire le plein d’essence et trouver un coin pour aller sur Internet. Nous avons donc demandé au propriétaire de la station service si il pouvait nous conseiller un endroit où se connecter. Après nous avoir dit qu’il y avait le wifi à la bibliothèque mais que celle-ci serait certainement fermée, et que, si il était à notre place, il sillonnerait la ville en essayant de capter un wifi sans mot de passe, il est revenu vers nous alors que Jean était entrain de faire le plein, pour nous dire : « J’ai quelque chose à vous dire : je vais vous donner le mien ». On a été impressionné par la gentillesse de ce monsieur, qui nous a carrément fait un plan pour que nous puissions aller nous garer devant chez lui, et nous a donné le mot de passe et le nom de son réseau personnel. Adorable ! On s’est garé dans son allée, tranquillement installés dans le van et on a trouvé un hébergement pour notre prochaine destination: Las Vegas !

Bryce Canyon

IMG_1335 2

Nous sommes arrivé à Bryce Canyon en soirée, et avons été surpris par la quantité de neige qu’il y avait : « on se croirait au Québec !  »
Bryce Canyon se situe en Utah et est à plus de 2000 mètres d’altitude. Au fur et à mesure que l’on montait vers le Canyon, on voyait de plus en plus de neige, de chemins glacés.
Il faisait tellement froid qu’on a du chercher un petit motel pour y passer la nuit. On ne se sentait pas du tout capables de dormir enroulé dans nos sacs de couchages dans le van. De toute façon, tous les campings du coin étaient fermés pour l’hiver. Après ces quelques jours à dormir dans le van, on a vraiment apprécié le vrai grand lit qu’on a eu ce soir là! Et la douche aussi!  Nous nous sommes quand même réveillé à l’aube pour pouvoir voir le lever du soleil sur Bryce Canyon. Nous avons mis un long moment à dégivrer le pare brise tout en se disant « heureusement qu’on n’a pas dormi dehors ». Un bon conseil de voyage : toujours voyager avec sa carte vitale, ça ne sert à rien à l’étranger, mais c’est bien utile pour dégivrer un pare brise quand on n’a rien d’autre. Une fois le van prêt, nous sommes arrivé au « Sunrise Point », lieu privilégié pour observer le soleil se lever. Le jeu en valait la chandelle !

IMG_1466

Le canyon ressemble à un grand plateau calcaire ciselé par l’érosion. Quand on le regarde, on voit des quantités astronomiques de cheminées ou pinacles dans les tons de jaune, orange, rouge. La neige sur le Canyon donnait un côté un peu magique et féérique. Elle nous rappelait qu’on était toujours en hiver, ce qu’on avait déjà oublié en arrivant à Tucson une bonne semaine avant.
La deuxième partie du canyon était fermée au public à cause de la neige donc nous ne l’avons pas vu en entier. Mais ce canyon là vaut vraiment le détour et nous pensons avoir vu la meilleure moitié.

Antilope Canyon

« Quand vous êtes arrivés, dit le vieil Indien, vous aviez la bible, nous avions la terre. Vous avez dit : – « Fermons les yeux, prions ensemble ». Nous avions ouvert les yeux : nous avions la bible, vous aviez la terre ».
On a bien aimé cette citation, et on voulait la partager avec vous.

Nous sommes allé visiter Lower Antilope Canyon. Un endroit époustouflant. Ce site est en pleine terre indienne Navajo. (à prononcer comme le commissaire, ou pas, on sait pas, mais on aimait bien la blague). Pour pouvoir entrer en terre Navajo, nous avons du payer une taxe de 8$ par personne. Il y a deux canyon a voir, l’Upper et le Lower Antilope Canyon, et nous avons du en choisir un des deux parce que les prix de visite étaient assez élevés et il est interdit d’y aller seul.
C’est un des endroits les plus beaux qu’on ait vu depuis que nous sommes aux Etats-Unis. Un vrai coup de coeur! En parlant de coup sur le coeur, on en a eu un gros en essayant de prendre la première photo dans le canyon. On est rendu compte que notre appareil avait vraiment des problèmes. Il va malheureusement falloir qu’on songe sérieusement à en changer pour la suite du voyage si on veut continuer à alimenter ce blog…

Tout au long de la visite, nous ne savions pas où donner de la tête. Le guide, un jeune indien Navajo passionné de photo était vraiment génial et nous conseillait les meilleurs points de vue et les meilleurs réglages tout au long de la visite. Sauf que notre appareil a fait son capricieux et que nous avons du attendre la fin du tour pour qu’il se remette (enfin) à marcher normalement. Peut être une petite séquelle de son vol plané au Grand Canyon?
En arrivant sur le site, comme pour le Horshoe Bend, impossible de deviner le spectacle qui nous attends quelques mètres sous nos pieds. Nous avons pris des escaliers (vraiment raides) pour descendre tout en bas du canyon. Nous avons ensuite marché en bas du canyon plusieurs centaines de mètres. C’était hallucinant. Les couleurs, les formes, le contraste entre le canyon et le ciel bleu. (et oui, le beau temps est de retour!)

Nous allons quitter l’Arizona pour aller découvrir les parcs Nationaux de l’Utah dont tout le monde nous dit beaucoup de bien depuis quelques jours. Nous avons hâte de poursuivre notre route!

Horshoe Bend et Lac Powell

IMG_0866

Nous sommes allés visiter Horshoe Bend sans grande conviction, pensant que le temps nuageux et pluvieux nous empêcherait de profiter pleinement du « spectacle ». Il fallait marcher une vingtaine de minutes sur un sentier de sable rouge pour arriver au Horshoe Bend. Nous avons donc été très agréablement surpris de voir que la magie du lieu ne se laissait pas abattre par quelques nuages et gouttes de pluie. Et nous étions seuls une bonne partie de la visite.

C’est le fleuve Colorado qu’on voit en contre bas. Il s’enroule autour d’un énorme piton rocheux en formant un fer à cheval géant, d’où son nom. On a beaucoup aimé l’endroit, parce qu’on découvre le spectacle au dernier moment. Il arrive comme par surprise. On marche sur le sable rouge et les gros rochers, on s’approche et là, cet énorme site se trouve sous nos yeux.

Il n’y a absolument aucune protection sur la falaise (surprenant pour les États-Unis) … mais d’un autre côté, sil il fallait qu’ils mettent une barrière à chaque fois qu’il y a un canyon ici, ils en auraient pour des siècles et ça ferait un peu « appareil dentaire sur un beau sourire » (désolé pour les ados qui nous lisent, on est tous passé par là, ne vous inquiétez pas c’est temporaire, ‘fin bref, on est hors sujet…)! Tout ça pour dire que nous avons été prudents afin d’éviter de glisser et de goûter à l’eau.

IMG_0943

Nous sommes ensuite allés voir le Lac Powell qui se trouvait tout près de là. C’est en fait un lac artificiel, qui est né suite à la construction de l’énorme barrage Glen Canyon. C’est un lieu de villégiature prisé des habitants de Salt Lake City qui se trouve à 4 heures de route. Nous avons pris un chemin qui permettait d’avoir une belle vue sur le lac. C’est tellement touristique que les prix des attractions sont tous aberrants. On a ri en lisant les tarifs des prestations les plus basses tellement c’était hors de prix! On a donc préféré le visiter à pied. Les montagnes de roche se reflétaient dans l’eau. C’était très beau mais tout de même un peu bizarre de voir tant d’eau au milieu d’un désert aussi sec.

Le Grand Canyon

IMG_0532

Nous avons mis le réveil très tôt, sur motivés à l’idée de voir le lever de soleil sur le Grand Canyon. Sauf que… le soleil, lui, ne s’est pas levé ! Le temps était tellement nuageux que nous ne l’avons d’ailleurs pas vu de la journée. Heureusement, ça n’a rien enlevé à la magie de l’endroit. Il nous a semblé impossible de prendre une photo qui montre réellement l’ampleur de ce canyon immense. Le Canyon de 445 km de long peut atteindre jusqu’à 1829 mètres de profondeur pour une largeur maximale de près de 29 km, et ça ne rentre pas dans l’appareil photo. Autant vous dire qu’on n’a pas tout vu. Mais on a fait de notre mieux pour en voir le maximum.
Parfois, on avait l’impression que c’était un trompe l’oeil géant, tellement le paysage était extraordinaire. En plus, nous n’avons pas vu le Grand Canyon sous son meilleur jour d’après les photos et cartes postales qu’on a pu voir en vente un peu partout. Quand le soleil frappe les roches rouges, le paysage est encore plus spectaculaire.

IMG_0386

Peu après le lever du soleil (oui, il était derrières les nuages, mais il s’est quand même finalement levé), nous avons changé de point de vue et sommes tombés nez à nez (ou truffe) avec une famille entière de cerfs. Peu effrayés, ils nous ont laissé le temps de les photographier, sans bien sur s’approcher de nous. Le fait d’être dans un parc national a du bon. Ils n’ont pas peur des humains et se laissent observer! C’était génial de pouvoir les voir en pleine nature, dans leur habitat naturel.

Ah oui, une grosse rafale de vent a fait faire un petit looping à notre appareil photo, le faisant s’écraser sur le sol avec le gros zoom tout beau tout neuf installé dessus. L’appareil et le zoom marchent encore mais ont pris un bon coup sur la tête et en gardent des séquelles. On espère qu’il survivra au moins jusqu’à la fin du voyage…

Nous sommes tombé sur un petit panneau qui interdisait aux gens de jeter des pièces de monnaie dans le Canyon. Cette tradition stupide a récemment tué un condor femelle qui cherchait des petits cailloux afin de former le seul oeuf que cet oiseau géant pond par an!

Nous sommes partis en soirée en direction de la ville de Page à la frontière de l’Utah, mais toujours en Arizona, des images grandioses plein la tête, heureux de notre début de road trip (et avec 350 photos à trier) à suivre!