Derniers instants en Nouvelle Zélande : Moeraki Boulders et Christchurch

IMG_1814

Nous sommes allés voir Moeraki boulders, d’énormes boules échouées sur la plage de Moeraki. Ces étranges boules qui semblent déposées sur la plage ont titillé la curiosité de nombreuses personnes… ce qui a suscité de nombreuses théories. Pour certains, il s’agirait d’une espèce extraterrestre qui aurait déposé ces oeufs. Malheureusement ces oeufs n’auraient pas survécu au climat. Pour d’autres il s’agirait d’une espèce inconnue d’oeufs de dinosaures. Pas mal hein? Il s’agirait en réalité de dépôts de calcites autour de noyaux de boue fossilisés.

Nous avons ensuite pris la route vers Oamaru, pour essayer d’y voir des pingoins.
Malheureusement, avant on pouvait voir les pingouins si on avait un gros coup de chance, ou si on était très patients et qu’on attendait des heures assis sur une plage.  Nous étions prêts à patienter et avions même prévu de faire le guet à tour de rôle pour que le temps paraisse moins long. Sauf que maintenant,  il faut payer 28 dollars néo zélandais par personne pour voir la même chose…et ils ont construit de gros gradins sur lesquels le public s’asseoir. Plus vraiment moyen de profiter de la vraie nature… Bref, on était bien déçus et on a continué notre route, sans voir les pingouins.
Nous avons donc roulé vers Christchurch et en avons profité pour aller voir un entrainement de l’équipe de rugby des Crusiders. Nous avons pu voir des joueurs de rugby très connus comme, Dan Carter, Richie Mc Caw, Israel Dagg.

Queenstown

IMG_1693

Nous avons laissé derrière nous l’incroyable bleu et la tranquillité du lac Pukaki pour arriver à Queenstown en soirée et sommes allé retrouver Grainne (une amie irlandaise rencontrée par Jean en Bolivie 5 ans auparavant) et son copain gallois Sandro.
Nous avons passé 3 jours parfaitement installés… dans un « camping de luxe » gratuit. On dormait dans notre van, garé dans leur allée, mais profitait de la douche, toilettes, internet et de la délicieuse cuisine de Sandro. Ils habitent tellement proche du centre ville que l’on pouvait tout faire à pied.
Nous avons fait une belle économie, connaissant le prix des emplacements dans un camping ici. Donc on s’est fait plaisir et sommes allés nous offrir deux grosses parts de tarte au citron et tarte aux myrtilles et cannelle, dégustées au bord du lac Wakatipu. Oui, ça nous était pas arrivé depuis longtemps !

Queenstown c’est un peu la ville aux « 1001 activités » où il vaut mieux avoir 1001 dollars (voir plus) pour en profiter à fond…
C’est LA ville des activités plein air du pays – et station de ski l’hiver – remplie de jeunes du monde entier, de passage ou installés ici. On a l’embarras du choix : sortie sur le lac (jetski,  sortie bateau, ski nautique, flyboard) circuits de descentes en VTT, saut en parachute, à l’élastique… On a longtemps hésité à faire le saut à l’élastique, à deux, accroché l’un à l’autre. Mais il fallait compter un peu plus de 400 dollars pour 5 secondes de chute libre, et il nous reste 4 mois et demie de voyage… Donc on s’est vite calmés, et on s’est dit qu’on allait remettre ça une autre fois.

IMG_1768

Du coup, on a visé plus bas dans le budget, et Jean a tenté le Flyboard sur le lac Wakatipu. Le Flyboard permet de s’élever au dessus de l’eau, puis de plonger et remonter à la surface comme un dauphin (si on est vraiment bon)  La planche sur laquelle on se tient est reliée à un jet ski par un gros tuyaux qui propulse de l’eau.

C’était pas évident et Jean s’est pris de belles gamelles, mais il s’en est plutôt bien sorti au final. Peut être pourra-t-il se perfectionner en Asie?

 

Lacs Tekapo & Pukaki et Milford Sound

Arrivés en fin d’aprés-midi, nous avons passés la nuit tout près du lac Tekapo. Dans le même camping que nous avions pris 5 ans en arrière. Le décor n’a pas changé. Toujours aussi beau et coloré. Par contre il  y a beaucoup plus de bâtiments pour recevoir les touristes qu’avant.

Lorsque nous nous sommes réveillés dans le van, nous avons littéralement eu envie de nous recoucher vu le vent, la pluie et le ciel gris qu’il y avait dehors. Nous avons donc pris la matinée pour trainer dans un café à regarder tomber la pluie. Nous ne voulions pas quitter les lieux sans avoir eu une éclaircie. Par chance les nuages se sont écartés et nous avons pu voir les deux lacs sous leur meilleur jour.

Nous avons pris un bus pour aller voir les fjords à Milford Sound. C’était quelque chose que nous n’avions pas fait lors de notre précédent passage sur l’île du Sud de la Nouvelle Zélande. La route était super belle.
Nous avons fait une excursion en bateau pour aller voir les Fjords. Nous avions choisi de payer quelques dollars de plus pour être dans un bateau plus petit qui va plus dans les recoins et s’approche plus des chutes d’eau. Nous étions environ douze passagers. On avait l’impression d’avoir le bateau pour nous… Surtout quand on a vu les centaines de personnes qui embarquaient dans les autres.
Nous avons vu des lions de mer à deux reprises. C’était génial de les voir sauter dans l’eau, remonter sur les rochers, ça change de les regarder dormir… Certains d’entre eux étaient petits et tout mignons. Comme les jours précédents étaient assez pluvieux, les chutes d’eau étaient plus fournies que d’habitude.

Christchurch

IMG_1249

Kia ora! (Bonjour! )
Nous avons profité de notre passage dans la ville de Christchurch pour y rester deux jours. Dès notre arrivée, nous avons repéré des panneaux annonçant un festival / concours national de Kapa Haka Maori. Nous avons vraiment eu envie d’y aller.

La première journée était consacrée à la cérémonie de bienvenue.  Nous avions du mal à voir ce qui se passait tant il y avait de monde. Il faut dire qu’il y avait des centaines et des centaines de Maoris, quelques rares touristes (pour une fois!), et que tout se passait sur une pelouse à l’entrée du festival. Nous sommes restés un moment à observer les rituels de bienvenue et sommes ensuite allés visiter la ville.

Christchurch a la particularité d’être toujours en construction, ou plutôt en reconstruction… Le dernier très gros tremblement de terre (qui a même détruit la cathédrale) date de 2011.
Nous avons beaucoup aimé le quartier temporaire, fait de containers peints de couleurs différentes et aménagés en boutiques, banques, cafés, restaurants, et même un bureau de poste, en attendant la reconstruction.

En fin de journée, nous avons retrouvé James, l’ami néo-zélandais de Jean avec lequel nous sommes allés au pub du coin. Le lendemain matin, nous sommes allés tous les trois au festival de Haka. C’était le premier jour où toutes les équipes allaient présenter leurs chants et haka, avant la première sélection du jury et les finales le dernier jour. Il y avait encore une fois beaucoup beaucoup de monde et de nombreux stands de nourriture.
James a suggéré à Jean de goûter à un « sandwich maori »… Des plus diététiques!
C’est simplement un petit pain frit, puis ouvert en deux, et (très) largement tartiné de beurre, dans lequel ils mettaient de la confiture, du sirop d’érable ou un mélange de légumes…

Le concours de Haka était EXTRAORDINAIRE. Les groupes de 40 personnes étaient tous plus beaux les uns que les autres, tous complètement possédés et impressionnants. Chaque groupe devait présenter son spectacle d’une durée de 15 minutes. Tous nous ont donné des frissons. À la fin de chaque prestation, certains membres du public se levaient spontanément et remerciaient les participants en faisant eux aussi un Haka. Des hommes, femmes, enfants se levaient pour saluer, de cette manière, le groupe qu’ils avaient préféré. Tous les spectateurs restaient silencieux pendant ce moment aussi. C’était vraiment très beau. Le concours est assez codé, et on reconnaissait à chaque fois un type de chanson, un type de Haka. Les présentateurs parlaient le plus souvent en Maori, et faisaient parfois des traduction en anglais. C’était parfait comme ça!

Après un tour en ville pour manger un bout avec James, nous avons repris la route pour aller vers les lacs Tekapo et Pukaki. Nous reviendrons ici dans quelques jours pour rendre le van, et prendre l’avion pour l’Australie.

Kaikoura

IMG_1152

Une fois arrivés sur l’île du sud vers 21h, nous avons roulé quelques heures pour essayer de se rapprocher de Kaikoura… Sauf que… Nous avons crevé et nous avons eu pas mal de difficultés à détacher la roue de secours, puis la changer, éclairés à la seule lumière du téléphone. Nous nous sommes donc arrêtés à environ 30 kilomètres de Kaikoura pour un repos bien mérité.

Le premier réveil sur l’île du sud aura été mémorable. Une voiture a fait du bruit et nous a réveillé à 6h du matin. Un peu fatigués mais trop motivés pour se rendormir, nous avons décidé de nous préparer et de sortir du van. Nous sommes alors tombés sur un lever de soleil exceptionnel !

Après en avoir pris plein les yeux, nous avons conduit jusqu’à Kaikoura. Nous nous sommes arrêté sur une plage déserte aux galets noirs pour regarder la mer. C’était un endroit que nous avions beaucoup aimé quand nous étions passé par là en 2010, avec Oliv’. Nous avons eu la chance de pouvoir y observer tout plein de dauphins, qui sautaient dans l’eau claire de la baie.

IMG_1201
Puis nous sommes allé dans un autre coin de la ville connu pour être un endroit où les otaries viennent passer la journée, affalés sur des algues, entre de gros rochers.
Comme lors de notre voyage précédent, elles étaient au rendez-vous !
Nous sommes ensuite allé en haut d’un colline qui surplombe la ville pour observer la baie depuis le haut et nous avons pris la route pour Christchurch, pour aller récupérer une roue toute neuve.

Wellington

IMG_2598

Nous sommes allés retrouver Florian, un ami et ancien collègue du camping de Jean, installé à Wellington avec sa copine depuis un peu plus d’un an. Aurélie avait planifié une surprise pour son chéri qui fêtait ses 30 ans. Nous avons donc surpris Florian qui s’attendait à aller au restaurant en tête à tête. Le moment était génial et plein d’émotion!

Nous l’avons ensuite rejoint dans la soirée à la fin de son service. Il travaille dans un des plus beaux restaurants de la ville. Bel endroit avec une belle vue. Nous y sommes resté jusque tard dans la nuit et avons passé un très bon moment, disons, bien arrosé…

Le lendemain, nous avons visité la ville. Plutôt animée surtout avec la Coupe du Monde de criquet, on retrouve beaucoup de touriste indiens, en plus des européens (beaucoup de français, d’allemands ect…). Nous nous sommes arrêtés sur une place recouverte d’herbe synthétique, avec des gros ‘poufs’ pour se poser et profiter du petit spectacle proposé par des enfants et des adultes. C’est comme ça qu’on a vu notre premier haka réalisés par des enfants. Pas aussi impressionnant que les adultes certes, mais avec autant d’intensité et d’énergie !

Puis nous avons pris le « cable car » pour monter en haut de la colline et se promener dans le grand jardin botanique toute en pente. On a fait une belle sieste à l’ombre et sommes rentrés à la maison.

Nous attentions le week-end avec impatience pour passer du temps avec Florian et Aurélie. Un beau programme était organisé par un de ses collègues de travail. Il avait réservé une table dans un vignoble pour une dégustation de vin à Martinborough.

Nous sommes ensuite allé tous dans un loft également loué par cet ami. Nous avons passé une super bonne soirée. Il faut dire que le temps était magnifique et que le vin et champagne coulaient à flot. Le lendemain matin, après notre super petit déjeuner/pique nique, nous sommes rentré à Wellington pour rassembler nos affaires et dire au revoir à nos amis (encore…) et prendre le ferry pour aller visiter l’île du sud pendant une dizaine de jours.

Tongariro

panotongariro

Première épreuve vraiment sportive en Nouvelle Zélande! Nous avons démarré à l’aube pour faire l’ascension de ce volcan. Il y avait beaucoup de monde. Il faut dire que Tongariro est le premier parc National de Nouvelle Zélande. Ce nom vient de « tonga » (vent du sud) et « riro » (emporté). Promis, cet endroit porte bien son nom….

Nous avons marché pendant un peu plus de trois heures pour arriver jusqu’en haut. Le début de la randonnée était assez facile mais le parcours était de plus en plus difficile, surtout quand une épaisse brume et un vent fort nous ont donné bien froid. C’était un peu décourageant de penser que nous ne verrions rien en arrivant en haut. Après quelques gorgées d’eau et quelques jolies pauses, nous sommes arrivés, un peu gelés et très fatigués, tout en haut…
Comme c’était prévisible, on ne voyait rien de rien, sauf cet épais nuage blanc, plutôt gris même.

Comme par magie, quelques minutes après, presque tous les nuages ont été balayés d’un coup et nous avons pu voir le superbe paysage, ces lacs qui semblent irréels tant le bleu est puissant et magnifique.

Nous sommes restés un long moment à contempler la beauté des lieux et reprendre des forces. Puis nous sommes descendus, heureux d’avoir vu une des merveilles du « pays au long nuage blanc ».

 

Rotorua

panorotorua

Nous avons fait notre première escale pluvieuse à Rotorua. Dès que nous sommes sortis de la voiture, nous avons été frappés par l’odeur d’œuf pourri de souffre présente dans toute la ville.
C’est une zone volcanique où l’on peut voir de la fumée qui sors de la terre un peu partout. Il y a de nombreuses entreprises qui proposent aux gens de se baigner dans des eaux naturellement chaudes et très chargées en souffre.

Nous avons visité Wai-o-Tapu. En Maori, ça veut dire eaux sacrées. Il s’agit d’un parcours magnifique où l’on était à chaque fois étonnés par les couleurs aussi différentes que surprenantes.
Tous les jours à la même heure, les gérants du site proposent aux visiteurs d’observer un phénomène naturel assez impressionnant. Ils déposent dans le petit cratère fumant un savon naturel, ce qui provoque un énorme geyser de plus de 20 mètres de haut. L’animateur racontait que ce sont les prisonniers de la prison de Rotorua qui se trouvaient à cet endroit là qui s’étaient rendu compte du phénomène. Ils utilisaient les eaux chaudes des bassins pour nettoyer leurs vêtements. Ils ont trempé les habits dans l’eau chaude, puis les ont savonnés. Une fois remis dans le bassin chaud pour les rincer, le geyser a jailli de la terre propulsant les vêtements dans la forêt voisine. L’endroit était quand même un peu trop bruyant et rempli de monde à notre goût. Heureusement, le parc que nous avons visité par la suite est si grand que nous étions tranquilles presque tout le long de la visite.
Nous sommes encore en pleine saison et les sites touristiques sont bien chargés. Lorsque nous passons à côté de rues remplies d’hôtels, ils affiches tous complet. On s’en fiche, on dors dans notre van!

A Wai-o-tapu, le bassin appelé « champagne pool » restera le plus marquant: de l’eau émeraude fumante entourée d’une couche de terre orange calcifiée. Le mélange était magnifique.
À la toute fin du parcours, nous sommes restés ahuris devant un bassin couleur vert fluo. Impressionnant !

Auckland

IMG_0864

Après un long vol depuis San Francisco via Los Angeles, nous sommes arrivés à Auckland vers 8 heures du matin. Nos amis néo zélandais, Mark et Jasmin nous y attendaient.
On ne les avait pas revu depuis leur passage chez nous il y a un an et demi. Et nous étions très heureux de les retrouver!
Dès notre arrivée, Mark et Jasmin ont fait un premier arrêt pour acheter du délicieux fromage, que nous avons mangé ensemble avant qu’ils n’aillent travailler.
Dès que nous sommes arrivé chez eux, nous avons été marqué par le bruit des grillons. Jasmin nous a expliqué qui’l était parfois compliqué de regarder la télévision avec les fenêtres ouvertes tellement ils font du bruit. Leur jolie petite maison donne sur une belle forêt où les feuilles sont d’un vert éclatant. On y a vu des oiseaux de toutes les couleurs depuis la fenêtre.

Le lendemain, nous avons fait une visite de la ville à pied. Nous avons marché en long en large et en travers. On a traversé plusieurs joli parcs, le quai, l’université, le musée d’art, et le centre ville.
Le soir nous étions invités chez John et Mandy, le papa de Jasmin et sa compagne. On a mangé un délicieux BBQ, brochettes de crevettes, saucisses, agneau et des accompagnements à tomber par terre : salades, dont une salade de mangue, des carottes au cumin et au chèvre etc.
Nous avons profité du week-end avec nos amis pour pouvoir visiter les plages au Nord de la ville et manger au restaurant de la soeur et du beau-frère de Mark.

Puis nous sommes allés louer notre van, future maison des deux prochaines semaines afin de débuter le road trip sur l’île du nord de la Nouvelle Zélande.